Sortie pédagogique en SVT des 6° 2 et 6° 4

Le mercredi 14 octobre 2020, les élèves de 6°2 et 6°4 sont en sortie à Pétrin dans le Parc National des Gorges de Rivière Noire, avec pour objectif une étude de la biodiversité de l’écosystème de la forêt humide indigène de Maurice.

Classe de 6° 4
Classe de 6° 2

Cette sortie de découverte leur permet de réaliser des observations sur le terrain, d’utiliser des outils scientifiques pour identifier des espèces comme des clés de détermination et des planches d’identification.

Elle permet aussi d’interagir avec des professionnels de l’environnement de conscientiser nos élèves sur l’importance de la préservation de l’environnement et aussi des actions de restauration entreprises, entre autres, par le « National Parc Conservation Service » pour préserver la biodiversité de la forêt indigène de Maurice.

Ils ont ainsi découvert et identifié des fougères arborescentes telle la Cyathea borbonica, endémique de Maurice.

Ils ont découvert des interactions entre êtres vivants dans leur milieu de vie en observant la présence d’espèces épiphytes, tels des mousses et des lichens, se développant sur des branches et des troncs d’arbres.

La comparaison de la parcelle restaurée, par les rangers de la NPCS et des volontaires, et de la parcelle non restaurée leur a permis d’avoir une estimation de l’état de la biodiversité du parc national de Pétrin.

Ils ont ainsi pu comprendre l’impact négatif des espèces exotiques envahissantes introduites, volontairement ou involontairement par l’Homme dans l’île, qui inhibent le développement des espèces indigènes et endémiques, et par conséquent apprécier l’importance des travaux de restauration entrepris sur le site.

Ils ont été sensibilisés au programme de conservation du Pigeon Rose ou pigeon des mares, Nesoenas mayeri.

En effet, cet oiseau endémique de Maurice était classé, par l’IUCN, en danger critique d’extinction avec seulement 12 individus en 1986.

Les efforts de conservation entrepris par la MWF et la NPCS ont permis de remonter la population à plus de 450 individus.

Ainsi ils comprennent que, par ses actions, l’Homme peut avoir des impacts négatifs et aussi des impacts positifs sur son environnement.

Mais pour préserver, il faut éduquer …

Texte et photos : Geneviève ADAKEN, enseignante de SVT

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s