Dipna Gunnoo : Un modèle pour les nouvelles générations

Le 6 février, ma classe a eu la chance d’accueillir Dipna Gunnoo, une ancienne élève du LLB durant notre cours de philo, grâce à Mme Subbamah. En effet, pour nous, élèves de terminale, il est grand temps de faire un choix pour nos études supérieures et notre enseignante a souhaité que ses deux classes de T. ES rencontrent son ancienne camarade de classe afin de comprendre son parcours atypique.

Faisant partie de la même promotion que Mme. Subbamah, Dipna Gunnoo a eu son bac S en 2005 avant de se tourner vers le droit. Depuis toujours, elle aime défendre les autres et était souvent déléguée durant sa scolarité.

« Le droit demande beaucoup de logique, c’est très carré, et la filière S m’a apporté ces compétences. »

Elle a donc poursuivi ses études à Paris, et a fait sa licence et son master à la Sorbonne en se spécialisant dans le Droit International Economique. Elle a alors été sélectionnée pour un programme très sélectif et a poursuivi ses études à Sciences Po ainsi qu’à Colombia, à New York. C’est là qu’elle a choisi l’arbitrage pour sa majeure.

Après cela, Dipna Gunnoo a donc intégré l’école des avocats, un passage obligatoire lorsqu’on étudie en France. Il s’agit en effet d’y apprendre comment parler aux clients, gérer les situations délicates etc. C’est notamment lors de cette partie des études que l’on effectue des stages. Et finalement, il y a l’examen du barreau. C’est grâce à l’école des avocats qu’elle a été repérée et a obtenu un poste dans de grands cabinets à Londres, puis à Paris.

« L’avocat doit toujours défendre son client, malgré les hauts et les bas, malgré sa conscience. C’est pour cela que tout le monde n’est pas fait pour le droit pénal. »

Il y a 5 ans, elle a décidé de revenir à Maurice et de mettre ses compétences au service de son pays. Elle est alors devenue la 1ère conseillère internationale dans l’arbitrage à Maurice. Et depuis 2 ans, elle est directrice du centre d’arbitrage.

« Je gère les dossiers, qui impliquent parfois des milliards de dollars. C’est à moi de trouver le meilleur arbitre pour chaque cas, de faire respecter les règles, et évidemment je n’ai pas le droit d’influencer l’arbitre. »

Mais qu’est-ce l’arbitrage exactement ? C’est une procédure qui permet de soumettre un différend à un tribunal arbitral, composé d’un ou plusieurs arbitres. C’est un mode de règlement de conflits qui ne fait pas intervenir les tribunaux de l’État. L’arbitrage est confidentiel, contrairement aux affaires gérées par les tribunaux de l’État. Par exemple, l’affaire Betamax a débuté comme une affaire d’arbitrage. De plus le centre d’arbitrage est rattaché à la Chambre de Commerce et est financé par le secteur privé. Il est donc indépendant de l’État.

Comme quoi, le droit ne mène pas seulement à la profession d’avocat. Il y a d’autres options, comme devenir avoué, in-house counsel, notaire… Les études de droit ouvrent également des portes sur le management et les affaires. On peut notamment faire des grandes écoles comme HEC, Sciences Po… Le droit, ce sont des études très transversales. Et durant ses propres études, Dipna Gunnoo a touché à la psychologie, l’économie et l’histoire. Pour elle, le droit touche à l’évolution de la société, et aux enjeux géopolitiques.

D’ailleurs l’arbitrage est en pleine expansion à Maurice. De grands cabinets cherchent à recruter, comme BLC ou ENS Africa. Ce qui fait la différence dans les CV, c’est aussi s’investir dans le social, et montrer qu’il n’y a pas que les études dans notre vie.

Mais en plus de sa carrière prestigieuse, Dipna Gunnoo est aussi l’ambassadrice mauricienne de l’arbitrage. Cela fait qu’elle voyage beaucoup, et assiste à plusieurs conférences internationales sur des points juridiques spécifiques.

« La semaine dernière j’étais au Cameroun, pour une conférence sur l’utilisation de l’arbitrage dans les investissements ».

Évidemment, tout cela lui donne un incroyable réseau international.

« J’ai rencontré le Secrétaire General de l’ONU, un Prix Nobel de la Paix, le vice-président de Bill Clinton, quelques acteurs de Gossip Girl lorsqu’ils tournaient à Colombia, et Tom Cruise. »

Elle a aussi été invitée à des matchs de foot, des courses de Formule 1, des premières de films, sans oublier la Paris Fashion Week. Et comme client, elle a notamment eu LVMH, Warner Bros… Elle a également fait de l’arbitrage devant la Banque Mondiale, a la CCI à Paris. Certes, cela confère beaucoup de prestige mais Dipna Gunnoo confie que cela demande de mettre sa vie personnelle de cote également. Durant son temps dans les grands cabinets de Paris, elle gagnait un salaire prestigieux mais cela impliquait ne pas avoir d’heures fixes.

Inutile de le préciser, Dipna Gunnoo a suscité l’admiration et le respect de tous. A même pas 35 ans, elle a déjà tant accompli et cela a réellement inspiré les élèves de T. ES.

 

 

Texte : Smriti SANMUKHYAH, TES 2 et Reporter du LLB

Photos : Clothilde SAMOUILHAN

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s