Autour des contes – M. Nuckiren Pyeneeandee intervient auprès des 6°2

Le lundi 26 novembre, la 6ème 2 a eu l’honneur d’accueillir M. Nuckiren Pyeneeandee,      chargé de cours  au MIE (Mauritius Institute of Education) et un passionné de littérature et de culture, pour un voyage de deux heures dans l’univers des contes merveilleux .

Une fois la ceinture bouclée, nous devons deviner le titre du conte  derrière la projection  des personnages d’un loup, d’une petite fille vêtue tout de rouge et  d’une grand-mère. Il s’agit bien-sûr du célèbre conte, le Petit Chaperon Rouge mais, en écoutant les différentes interventions des uns des autres, nous nous rendons compte qu’il existe plusieurs versions de la même histoire, propre à la tradition orale.

Pyeneeandee explique que pour pouvoir écrire un conte, il faut d’abord comprendre comment il fonctionne, notamment les étapes du schéma narratif, les formules rituelles « Il était une fois », « Il y avait une fois » … Il nous demande ensuite de travailler en binômes sur la structure du Petit Chaperon Rouge en résumant chaque étape par une phrase. Puis, il nous a fait la lecture de plusieurs autres contes.

Après ce préambule, nous devons nous mettre en groupes et créer un synopsis à partir de quatre images tirées d’un conte mauricien : un lièvre, une baleine, un éléphant et une longue corde. Nous devons ensuite le présenter à la classe en respectant la tradition orale (interpeller le public, employer les formules rituelles, raconter avec expressivité et avec une gestuelle). Les consignes sont les suivantes : respecter la structure du conte et employer des éléments merveilleux. Le but est de montrer qu’on peut raconter sans passer par l’écrit.  La prestation de chacune des quatre groupes témoigne d’une imagination débordante et des talents de conteur dignes d’un aède au temps d’Homère dans l’antiquité  grecque ou d’un griot. La tradition orale est respectée.

Comme conclusion, M. Pyeneeandee nous a fait découvrir notre Perrault national en la personne de Charles Baissac en nous lisant la version existante de l’histoire des quatre images présentées. Tout comme Perrault ou encore les frères Grimm, l’auteur est allé recueillir auprès des gens les histoires en créole qu’il a compilées dans un recueil, Le Folk-Lore de l’Ile Maurice, 1888.

Les deux heures se sont égrenées à une vitesse folle. Forts de cette expérience, c’est à notre tour de prendre nos stylos et de faire rêver les autres.

Texte : Marie Anne VEERASAWMY, enseignante de français

Photos : Clothilde SAMOUILHAN

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s